Sunfox

Le journal de Sunny Ripert


Renverser les URLs

Les utilisateurs ne comprennent rien aux URLs. On ne peut pas les blâmer car c’est compliqué d’en décoder une. Pourtant elles sont la meilleure façon de se protéger du phishing.

Qu’est ce qui cloche dans les URLs ?

  1. L’ordre des parties est illogique. Je m’en plaignais déjà dans les commentaires, la plus haute autorité pour une adresse (le nom du site) est en plein milieu de l’adresse et l’ordre de lecture est différent pour le domaine et l’adresse.

    Il n’y a qu’à voir l’ordre de lecture d’une URL :
    4 3 1 2 5 6
    https:// secure .elysnet .hsbc .co.uk /pay /form .html
  2. https://foo:bar@[4242:baaa::4242]:4242/qux/corge.php?grault=garply&waldo=fred#thud est un exemple d’URI qu’un utilisateur est sensé savoir décortiquer.

  3. Les suffixes de noms de domaines .org, .com, .net, .info, … ne veulent plus rien dire.

  4. Les entreprises doivent acheter tous les noms de domaines de leurs marques pour chaque suffixe rien que pour ne pas se les faire piquer. C’est un jeu sans fin car on continue de créer de nouveaux suffixes.

  5. Le nom de domaine principal attendu par tout le monde est le .com.

  6. Les suffixes qu’il est possible d’acheter peuvent être décomposés comme .co.uk, pvt.k12.wy.us et la liste de suffixes publics est longue et doit être maintenue.

  7. Les www ne servent à rien. Retirons-les.

  8. Les // sont inutiles également, l’inventeur du Web s’en excuse.

Exemples de simplifications

En changeant les URLs telles qu’on les les connaît on pourrait avoir :

  • http:google
    http://www.google.com/
  • https:google.mail
    https://mail.google.com/
  • http:flickr.static.farm5/4008/4307231011_ce7f628393.jpg
    http://farm5.static.flickr.com/4008/4307231011_ce7f628393.jpg

Plus court, plus simple, respectant l’ordre de lecture, la plus haute autorité du lien serait le premier mot après http:.

Malheureusement le gain est trop petit pour changer une infrastructure et des habitudes aussi énormes. Dommage.

Articles probablement reliés

17 Commentaires

  1. 1 Jordan :

    Déjà si tout le monde virait les www. ce serait cool :p

  2. 2 sphax3d :

    Intéressant ce billet, merci :)

    C’est vrai que c’est bien dommage qu’il soit, aujourd’hui, si difficile de corriger ces erreurs.

    J’en profite pour indiquer que http:google fonctionne dans Mozilla Firefox, mais pas https:google ni http:google.mail. C’est presque inutile, mais merci quand même Firefox :)

  3. 3 Florian :

    Je trouve cette proposition d’écriture des urls plutot esthétique. Peut-etre qu’on y viendra un jour, il faut rever un peu.

    En tout cas complètement d’accord pour les suffixes de noms de domaine.

  4. 4 franCk :

    Tim Berners-Lee a lui même reconnu qu’il avait fait une erreur sur les URL et leur ordre… http://www.w3.org/People/Berners-Lee/FAQ.html#etc

  5. 5 padawan :

    Il y a certes de quoi améliorer les URI, mais pas de manière aussi simpliste. Quid, pour ne donner qu’un seul exemple, de deux sociétés qui ont le même nom ? Laquelle pourra prétendre au http:nom et pourquoi elle plutôt que l’autre ? La technique déconnectée des réalités du monde ça ne fonctionne pas mieux.

  6. 6 blah :

    Et pourquoi les navigateurs ne se chargeraient pas d’afficher les URL d’une façon compréhensible pour tous ? Ils pourraient même faire un whois pour récupérer un nom de société et afficher par exemple « google.com, section mail, appartenant à Google Inc. »

  7. 7 laurentj :

    supprimer le www, bof.

    vouloir supprimer les TLD com, net et cie, bof aussi. c’est ne pas comprendre comment fonctionne la résolution des domaines. Personnellement, si j’étais admin sys, j’aimerai pas avoir à modifier mes listes de serveurs root DNS tout les 4 matins pour tenir compte des nouveaux domaines…

    @blah : ça existe déjà, ça s’appelle le titre de la page, balise html title. Suffirait que les navigateurs l’affiche dans la barre d’adresse plutôt que la barre de titre du navigateur. Mais va donc faire comprendre ensuite à l’utilisateur que quand il clique sur le titre, ça se change en une URL qu’il ne comprend pas (parce que faut bien que l’utilisateur puisse changer l’URL si il veut aller ailleurs)… Bref, il y a plein d’histoire d’ergonomies pas simple dans tout ça.

  8. 8 Sunny :

    @padawan :

    Quid, pour ne donner qu’un seul exemple, de deux sociétés qui ont le même nom ? Laquelle pourra prétendre au http:nom et pourquoi elle plutôt que l’autre

    Ce problème existe déjà avec l’hégémonie du .com ! Premier arrivé, premier servi.

    @laurentj :

    vouloir supprimer les TLD com, net et cie, bof aussi. c’est ne pas comprendre comment fonctionne la résolution des domaines. Personnellement, si j’étais admin sys, j’aimerai pas avoir à modifier mes listes de serveurs root DNS tout les 4 matins pour tenir compte des nouveaux domaines…

    Le problème est en partie dans l’architecture des DNS, qui pue.

    @padawan et @laurent :

    http:nom n’implique pas forcément de nouvelles racines. Cela pourrait être un raccourci pour http:nom.com, tout simplement.

  9. 9 padawan :

    Ce problème existe déjà avec l’hégémonie du .com ! Premier arrivé, premier servi.

    Parce que ton système sans domaines de premier niveau est mieux à ce niveau-là ? Tu ignores complètement le droit des marques, et la dimension internationale du réseau.

    Le problème est en partie dans l’architecture des DNS, qui pue.

    Mais oui bien sûr, avec ça on est bien avancés et comme pour la réalité de la gestion des noms dans le monde entier, la technique n’a aucune importance. Je me permets de loler bien fort. :p

  10. 10 padawan :

    Je ne partage également pas ton sens de lecture du domaine. Exemple :

    http://inscriptions.paris-web.fr/ (n’essayez pas avant demain ;-)

    Je me connecte aux inscriptions de Paris-Web qui est en France. Ça va du plus fin au plus général dans un ordre qui, pour moi, est logique.

  11. 11 Sunny :

    @padawan :

    Parce que ton système sans domaines de premier niveau est mieux à ce niveau-là ? Padawan

    Ben non. Je n’ai jamais jamais prétendu ça. Au risque de me répéter, ça revient au même que le système actuel. Le droit des marques au niveau des domaines est un autre problème à part entière.

    Je me permets de loler bien fort. :p Padawan

    Je n’ai pas parlé de technique mais tu t’imagine que mon intention est de refaire la gestion des DNS de zéro. On peut aussi simplifier les URL sans rien changer aux DNS actuels :

    @padawan et @laurent :

    http:nom n’implique pas forcément de nouvelles racines. Cela pourrait être un raccourci pour http:nom.com, tout simplement. Sunny

    Enfin, Padawan, je ne sais pas si tu fais exprès mais je trouve ça assez malvenu de déformer mes propos, de te ficher de moi et de me traiter d’ignorant déconnecté des réalités du monde. Un peu de courtoisie et de politesse, merci.

  12. 12 Sunny :

    @padawan :

    Je ne partage également pas ton sens de lecture du domaine. Exemple :

    http://inscriptions.paris-web.fr/ Padawan

    Ici l’ordre semble logique : je me connecte aux « inscriptions » qui se trouvent dans « paris-web » qui se trouvent dans « france ».

    Mais tous les autres liens du site ? Par exemple, « http://www.paris-web.fr/lieux/ » : je me connecte au « word wide web » qui se trouve dans « paris-web » qui se trouve dans « france » qui se trouve dans « lieux » ? Non.

  13. 13 Oliv :

    J’ai déjà une remarque à faire : http://inscriptions.paris-web.fr/ c’est très long comme adresse. Les sous-domaines, c’est bien quand justement ça dépasse pas un certain nombre de caractères. Je me demande bien qui va passer par cette adresse pour les inscriptions. Il me semble que la plupart des gens passeront par http://www.paris-web.fr/inscription/

    Maintenant, venons-en à un point qui me semble essentiel. Le seul sous-domaine connu de tous, c’est le www. C’est comme ça.

    Pensez-vous un instant qu’une personne lambda va taper dans son navigateur http://inscriptions.paris-web.fr ? Ils commencent seulement à savoir ce qu’est un navigateur, faut pas trop en demander non plus.

    La vrai référence en terme de domaine, c’est Google ! Les gens ne connaissent tous simplement pas l’adresse exacte de la page d’inscription de Paris Web. C’est triste mais il en est ainsi.

    Donc tout ça pour dire que finalement, le débat sur la lecture de l’URL ne tient pas pour des utilisateurs non-geek.

    Si on s’intéresse maintenant à ce débat d’un point de vue purement geek boutonneux, alors OK, la simplicité de l’URL a son importance, son sens également.

    Je ne suis pas forcément pour changer la syntaxe des URL. Dans mon navigateur, si je tape mon URL sans le http, ça marche alors personnellement, une nouvelle syntaxe ne révolutionnera pas ma vie. Le protocole le plus utilisé est http. Les sous-domaines les plus utilisés sont les www. Sans ses deux éléments de l’url, on peut parfaitement accéder à un site. Donc il suffit pour l’utilisateur de taper ça : clearideaz.com au lieu de ça http://www.clearideaz.com

    Je pense que ce concept est révolutionnaire non ?

  14. 14 Sunny :

    +1 pour des noms de domaines courts

  15. 15 padawan :

    Mes excuses pour la forme, mais sur le fond, excuse-moi encore, tel que c’est présenté je trouve que c’est effectivement totalement déconnecté de la réalité. Ce n’est pas un jugement sur toi mais sur cette idée telle qu’elle est présentée ici.

  16. 16 atomicbee :

    « Les suffixes de noms de domaines .org, .com, .net, .info, … ne veulent plus rien dire. »

    C’est tellement vrai ! Mais, par exemple, que doit-on utiliser pour un blog ? Je ne pense pas être « une organisation à but non commercial » :/

  17. 17 Sunny :

    Utilise le .com mais sinon à part pour les pays (et encore) osef de ce que voulait dire le TLD, utilise ce qui sonne bien. (Genre atomicbee.net comment ça sonne trop bien !!!1un)

Commenter


Vous pouvez avoir une jolie icône vous aussi en créant un gravatar.

Vous pouvez y saupoudrer de l'HTML5 avec les balises et suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>.


:D Sunny Ripert

est un développeur web vivant à Paris.

CV, me contacter


Textes et contenus sous licence Creative Commons.
Site crée par mes soins et propulsé par WordPress.