Sunfox

Le journal de Sunny Ripert


Articles mot-clétés standards du web

Bouton Paris Web 2008

octobre 24th, 2008 , 6 commentaires.

Parmi les boutons de promotion pour Paris Web 2008 il en manquait un.

Paris-Web 2008, 13, 14 et 15 novembre : J'y serai pas mais allez-y quand même

Internet Locker

janvier 23rd, 2008 , 3 commentaires.

Internet Explorer aura un système pour activer leur nouveau modèle de rendu dans sa version 8 sans pour autant que les sites précédents ne cessent d’être aussi « jolis » dessus. Il s’agit d’utiliser une balise meta qui contient la version d’IE que l’on souhaite cibler. Pour IE8 par exemple :

<meta http-equiv="X-UA-Compatible" content="IE=8" />

C’est une sorte de contrat. En utilisant cette balise on s’assure qu’IE9, IE10 et IE42 l’afficheront de la même façon qu’IE8. Un Doctype Switching sur le long terme. Et les oiseaux chantent.

Mais voilà. Ce serait une bonne idée si seulement ce n’était pas une très mauvaise idée. Toutes les pages écrites hier en suivant les standards du web seront pour l’éternité affichée dans le moteur de rendu par défaut. Celui d’IE7. Gulp. Et IE devra se trimballer son moteur de rendu d’IE7 pour l’éternité également. Ce qui implique un beau bordel pour le logiciel lui-même et sa sécurité.

Cette solution qui paraissait simple se complique encore lorsque l’on évoque le cas des fragments d’html, des pages MySpace, des aggrégateurs. Que se passe-t-il également lorsque des pages qui ciblent des versions différentes ou discutent entre elles dans des iframes aux niveaux différents de DOM ? Et devra-t-on suivre pour chaque chaque page la version de tous les navigateurs du marché dans laquelle elles fonctionnent ?

Le versionnement des fichiers en général n’est pas aussi simple. La meilleure solution à ce problème appliquée à Internet est encore le progressive enhancement : implémenter des fonctionnalités nouvelles en cassant le moins possible l’existant et accepter que quelques pages ne seront plus parfaitement égales au pixel près.

L’image du verrou provient de la libraire Tango et l’icône d’Internet Explorer est celle de Sam Ruby. Vous pouvez télécharger la source SVG.

Gouttes

Robots.txt ou comment se couper du web

février 28th, 2007 , 8 commentaires.

Je rencontre de plus en plus un phénomène qui m’irrite beaucoup, celui de bloquer l’accès à tout son site à tous les robots, via son fichier robots.txt.

[Photo d'un robot rouge]

L’intérêt des règles de ce fichier est de bloquer l’accès à des ressources sensibles (personnelles, d’administration, de statistiques, que l’on ne souhaite indexer nulle part, etc.) par les robots qui suivent le protocole. On spécifie alors quel chemin bloquer pour quel robot.

User-agent: *
Disallow: /

Ces lignes-là en revanche bloquent l’ensemble du site à tous les robots. Y compris aux moteurs de recherche. Y compris aux pings, aux trackbacks. Y compris (en théorie seulement) aux lecteurs de fils de syndication. Y compris aux futures applications qui naîtront du web.

Il est agaçant de voir qu’on ne peut pas utiliser un moteur de recherche externe quand le moteur interne d’un site n’est pas assez performant, voire inexistant. Agaçant également de ne pas pouvoir revenir en arrière dans les versions précédentes du site. Agaçant enfin de voir sa conduite imposée par les créateurs du site. Par exemple, cela m’interdit de faire un script qui récupère tout seul les dernières versions du site pour les lire hors-ligne.

Karl par exemple, que j’admire énormément par ailleurs, interdit l’accès à tout son site par tous les robots. Il se justifie par « l’esclavage 2.0 » des données mais milite d’autre part pour que le web devienne sémantique, pour que le sens de ce qu’on publie sur internet soit lisible… par des robots.

Certes il faut se méfier des dérives, du vol d’informations, du partage sans retour, etc. Mais tout de même, sans Google, sans Archive.org, sans les services pour rechercher, archiver et simplifier nos vies, internet ne serait pas un aussi chouette endroit.

Gouttes

Gravatar sort de sa léthargie

février 19th, 2007 , 4 commentaires.

Gravatar vient enfin de sortir de sa léthargie. Après 6 mois d’attente on peut de nouveau uploader un avatar.

Ce si long blocage couplé aux anciens déboires et à la lenteur générale du site de Gravatar est bien la preuve qu’un système aussi centralisé n’est pas une bonne solution. J’en profite donc pour me créer un Pavatar et l’implémenter sur mon journal grâce au très bon plugin identikit pour WordPress.

"Pavatar : Reckognise Me" Logo
« Pas gravatar »

Pour avoir un avatar sur sunfox vous pouvez désormais, et dans cet ordre :

  1. Renvoyer sur votre site le header X-Pavatar: http://url-de-votre-avatar
  2. Renvoyer dans le <head> de votre site la balise : <link rel="pavatar" href="http://url-de-votre-avatar" />
  3. Avoir à la base de l’url que vous avez donné un pavatar.png
  4. Avoir à la racine de l’url que vous avez donné un pavatar.png
  5. Avoir un compte Gravatar 2.0

Première semaine de piscine

octobre 2nd, 2006 , 8 commentaires.

Logo de l'INSIA : Institut Supérieur d'Informatique Appliquée
INSIA

Première semaine à l’INSIA, l’école d’ingénieur qui rokse tout. Les trois premières semaines sont des semaines de piscine, appellées ainsi pour nous mettre rapidement dans le bain, sans même passer par le pédiluve.

Au programme introduction à linux, scripting bash, bases de données, SQL, balisage sémantique. Que du bonheur. Les professeurs sont (presque) tous des cadors et l’on peut se délecter de chacun de leurs mots.

Vivement les rendus ! :]

Apéro Paris Web 2006

septembre 24th, 2006 , 3 commentaires.

La crème de la crème du web était réunie autour d’un verre Jeudi soir, après les conférences Paris Web 2006 du jour. La bonne ambiance qui y règnait me fait regretter de ne pas avoir pu assister aux conférences qui, aux dires de ceux qui y étaient étaient sensationnelles.

La prochaine fois je réserverais plus tôt et j’oserais aller dire bonjour à tout le monde, promis.

Les affreux liens mailto

août 24th, 2006 , 5 commentaires.

Une des choses qui me fait hurler quand je surfe c’est de cliquer sur un lien intitulé par exemple « Contact » ou « Jean Dupont » et de ne pas être renvoyé vers une page web mais de voir mon client d’emails se lancer à cause d’un lien mailto:.

Non seulement mon client de courrier électronique se mets par dessus mon navigateur en prennant une plombe à se charger, mais en plus il n’est même pas configuré pour envoyer des emails vu que j’utilise exclusivement un webmail. Que penser de ceux qui utilisent un ordinateur dans un cyber-café ?

Quand un utilisateur clique sur un lien il s’attend à se retrouver sur une autre page. Quand il clique sur le nom de quelqu’un il s’attends à voir sa biographie. Quand l’intéraction va à l’encontre des expectations de l’utilisateur, celui-ci se sent sans contrôle et perds de la confiance qu’il accordait au site.

Si vous faites un lien mailto, par pitié, faites le sous cette forme : jean.dupont@example.com.

Cela m’ammène à penser que je crois n’avoir jamais, de toute ma vie, directement cliqué sur un lien mailto pour envoyer un email. Même lorsque j’avais un lecteur de courrier. En faisant un copier/coller on sait à quoi on s’attend, l’on peut choisir l’application que l’on veut, où l’on veut insérer l’email et c’est universel. (Un clic simple ne mettra jamais le récipient dans un champ cc ou à la fin d’une liste de plusieures adresses par exemple).

Je me demande bien QUI se sert de ces satanés mailto ?

CSS oh oui CSS

mai 11th, 2006 , 2 commentaires.

Si vous aussi vous voyez toute la beauté qui s’écoule des feuilles de style écoutez et téléchargez cet hymne aux feuilles de style CSS.

De belles paroles, une jolie mélodie, une jolie voix et un très bon style ;). Le tout sous une licence Creative Commons bien evidemment.


:D Sunny Ripert

est un développeur web vivant à Paris.

CV, me contacter


Textes et contenus sous licence Creative Commons.
Site crée par mes soins et propulsé par WordPress.